Quels sont les principaux axes du nouveau PNNS 4 ?

Quels sont les principaux axes du nouveau PNNS 4 ?

Le 20 septembre dernier, le Haut Conseil de la Santé Publique a lancé le 4ème PNNS (Plan National Nutrition Santé). Il définit plusieurs objectifs en termes de politique de santé publique pour la période 2019-2023.

Quels sont-ils ?

Le PNNS est un programme qui s’inscrit dans le cadre de la politique de la santé publique française. Il a pour but d’améliorer l’état de santé général de la population française en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs : la Nutrition.

Le premier PNNS a été lancé en 2001. Plusieurs PNNS se sont ainsi succédés :

  • PNNS 1, de 2001 à 2005,
  • PNNS 2, de 2006 à 2010,
  • PNNS 3 de 2011 à 2015.

C’est dans le cadre de ces différents PNNS qu’ont été mises en place les campagnes de communication en lien avec l’opération www.manger-bouger.fr. C’est aussi dans ce contexte que les messages sanitaires accompagnant les publicités sur les aliments ont été définis en 2007 (Décret n° 2007-263 du 27 février 2007). Enfin, le Nutri-Score est une des grandes mesures mises en place par le PNNS 3.

Le 4ème PNNS, paru en septembre dernier établit un programme pour une période de 4 ans (2019 – 2023).

Il contient 56 actions, répartis dans 24 objectifs et 5 grands axes.

Quels sont les 5 axes du PNNS 4 ?

Parmi ces axes, l’Axe 1 vise à « Améliorer l’environnement alimentaire et physique pour le rendre plus favorable à la santé ». Il se traduit notamment par un objectif majeur pour l’industrie alimentaire : celui de l’amélioration de la qualité des aliments. Plusieurs actions sont définies pour atteindre cet objectif :

  • Engager les opérateurs à améliorer les aliments de consommation courante, en augmentant les fibres, diminuant les quantités de sel, sucres, et matières grasses,
  • Réduire la consommation de sel de 30 % d’ici à 2025,
  • Evaluer l’impact d’une fiscalité sur les boissons sucrées,
  • Inciter à l’amélioration des pratiques industrielles de transformation et d’ultra-transformation. Cet engagement se traduit par un objectif chiffré : atteindre une réduction de la consommation des aliments ultra-transformés de 20 % sur la période de 2018 à 2021. En parallèle, la consommation de produits bio sera également incitée pour atteindre une consommation de 20 % par 100 % de la population,
  • Conforter le rôle d’Oqali.

L’Axe 2 a pour objectif d’ « Encourager les comportements favorables à la santé », via notamment promotion de l’utilisation du Nutri-Score. Sa généralisation sera donc encouragée, tant pour les aliments manufacturés que pour la restauration collective et commerciale. La France souhaite aussi promouvoir son utilisation au niveau international. 

Cet axe se concentrera également sur la promotion des nouvelles recommandations du PNNS (voir schéma ci-dessous).

L’Axe 3 a pour objectif de « Mieux prendre en charge les personnes en surpoids, dénutries ou atteintes de maladies chroniques ». Le but de cet axe est de :

  • diminuer de 15 % l’obésité,
  • stabiliser le surpoids chez les adultes,
  • diminuer de 20 % le surpoids et de l’obésité chez les enfants et les adolescents,
  • réduire le pourcentage de personnes âgées dénutries vivant à domicile ou en institution de 30 % au moins pour les plus de 80 ans.

L’Axe 4 a pour but d’ « Impulser une dynamique territoriale, en facilitant et promouvant les initiatives locales ».

Enfin, l’Axe 5 a pour but « Développer la recherche, l’expertise et la surveillance en appui de la politique nutritionnelle ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.