Seniors Episode 2 : Quels choix adopter à la création du projet ?

Seniors Episode 2 : Quels choix adopter à la création du projet ?

Comme nous l’avons précédemment vu, innover pour créer des aliments destinés aux seniors est complexe du fait de l’hétérogénéité de cette cible. Selon l’âge, les seniors ont en effet des besoins et attentes très variables. Leur état de santé impacte également le choix des matrices développées, tout comme celui des aromatiques, emballages et étiquetages. 

Il est donc important de consacrer suffisamment de temps pour définir les objectifs du projet, analyser les différentes sources permettant de justifier ces choix, se poser les bonnes questions. Ce sera autant de temps gagné pour la suite du développement.

Femme senior qui mange


Quels sont les besoins nutritionnels des seniors ?

En fonction de l’objectif recherché, il est essentiel de se référer à différentes données pour définir le cahier des charges nutritionnel.

  • En 2016, l’ANSES a mis à jour les repères nutritionnels. L’agence a également révisé les besoins de références pour différentes catégories de la population. Elle a aussi émis des avis spécifiques relatifs aux besoins particuliers de certaines populations, ou en cas de maladies
  • De son côté, la HAS a publié différents guides adaptés pour la prise en charge nutritionnelle de différents situations. Elle a notamment établi des recommandations relatives à la prise en charge de la dénutrition protéino-énergétique.
  • Par ailleurs, des Sociétés Savantes regroupant des scientifiques et cliniciens spécialisés dans les domaines gériatriques existent en France ou au niveau international. Elles émettent aussi des recommandations nutritionnelles visant à prévenir ou prendre en charge les troubles liés au vieillissement.

Des professionnels de santé ont également rédigés de nombreux guides destinés à la prise en charge nutritionnelle des seniors et des personnes âgées.

Guide PNNS Nutrition à partir de 55 ans
  • Le PNNS a ainsi publié 2 guides destinés à cette population : la nutrition à partir de 55 ans et la nutrition pour les aidants des personnes âgées.

  • Le Programme MobiQual a vu le jour dans le but d’améliorer la qualité du service rendu en établissements et services médico-sociaux. Ce programme a conduit à la création de différents outils dont certains traitent de sujets en lien avec la nutrition.

Guide PNNS destinés aux aidants des personnes âgées


Anticiper les aspects réglementaires dès l'initiation du projet

Dès l’initiation du projet, il est essentiel de réaliser une analyse réglementaire pertinente pour choisir le cadre légale le plus adapté à l’objectif du projet. 

Quels sont les choix réglementaires possibles ?

Selon l’objectif souhaité, on aura le choix entre plusieurs cadres légaux :

  • aliment classique,
  • aliment enrichi,
  • denrée alimentaire destinée à une alimentation particulière (DADAP),
  • denrée alimentaire destinée à des fins médicales spéciales (DADFMS), 
  • complément alimentaire.

Si l’objectif est de développer un DADFMS en réponse à un trouble ou une maladie spécifique, il faudra justifier la composition du produit  (choix des ingrédients, quantités) au sein d’un dossier scientifiques et réglementaires. Celui-ci sera demandé par les instances administratives. De nombreux produits sont ainsi disqualifiés après analyse de ce type de dossiers. Pour anticiper dès l’initiation d’un projet, il est utile de connaître le guide de rédaction. Consulter les avis de l’ANSES relatifs aux conclusions émises à propos de produits déjà évalués est aussi une bonne démarche..

Quid du remboursement par la sécurité sociale ?

Si l’objectif est d’obtenir à terme le remboursement du produit par la sécurité sociale, il est aussi important de consulter la LPPR (Liste des Produits et Prestations Remboursées) en amont. Dans ce cas, 2 choix sont possibles :

  • Etre en adéquation avec les objectifs de composition des LPPR génériques,
  • Ou faire une demande spécifique liée au produit développé. Ce processus peut être très long et coûteux, sans garantie de résultat. Il doit être accompagné d’un dossier complet, incluant des éléments de justification sur l’intérêt de l’aliment par rapport aux autres produits déjà remboursés. La mise en place d’études cliniques ou observationnelles est nécessaire pour argumenter. Pour aider les demandeurs, un guide de rédaction est disponible sur le site de la HAS. Par ailleurs, la Commission Nationale d’Evaluation des Dispositifs Médicaux et des Technologies de Santé (CNEDiMTS) rend public les avis relatifs aux demandes de remboursement. Les consulter en amont est fortement recommandé. 

Certains produits ont obtenu récemment un accord en matière de remboursement. Analyser les étapes qui ont conduit à ces produits et ces remboursements est également une action intéressante :

  • C’est ainsi le cas du Pain G-Nutrition (Société Dijon Céréales), destiné à la prise en charge de la dénutrition. Il est issu du projet Farine+ labellisé par le pôle de compétitivité Vitagora en 2006. Il a été lancé en septembre 2013, et vient d’être inscrit (juillet 2018) sur la LPPR. Son remboursement est défini jusqu’au 31 juillet 2023 à hauteur de 12,48 € TTC les 12 pains briochés de 65 g.
  • De leur côté, les Biscuits Protidis (Société Solidages) ont obtenu cet accord de remboursement en mars 2017 pour une durée de 5 ans. Ils ont été développés pour répondre à la prise en charge de la dénutrition, réguler le transit et réduire les escarres. Ils sont ainsi remboursés à hauteur de 3,95 € TTC la boîte de 16 biscuits (104 g).
Pain G-nutrition destiné à la prise en charge de la dénutrition chez les seniors


Quelle matrice alimentaire privilégier ?

Les choix des matrices alimentaires et des aromatiques développées doivent être adaptés aux cibles visées. Ils seront vastes si l’on s’intéresse aux plus jeunes. Par contre, les contraintes seront beaucoup plus importantes dans le cadre d’un développement destiné aux populations plus âgées. Dans tous les cas, il sera nécessaire de prendre en compte :  

  • Les conséquences liées au vieillissement,

  • Les habitudes de consommation et préférences organoleptiques des cibles,

Les conséquences liées au vieillissement

Comme déjà évoqué, le vieillissement s’accompagne de détériorations progressives de l’état de santé.

 

Les sujets âgés sont ainsi souvent confrontés à des problèmes bucco-dentaires qui vont impacter leurs choix alimentaires :

  • L’état des dents et des gencives peut rendre difficile la mastication. Il faut alors éviter les aliments trop durs.

  • Le port d’appareils dentaires empêche la consommation d’aliments trop collants.

  • La sécheresse buccale entraîne des difficultés à avaler et à mâcher. Les consommateurs se désengagent alors des aliments trop secs qui déshydratent davantage.

  • Les troubles de la déglutition (dysphagie) peuvent également être présents. Les personnes atteintes doivent éviter les aliments trop friables, poudreux, fibreux, gluants ou collants, contenant des graines, les fruits avec des petits pépins. 

  • Les infections de type mycose, plus fréquentes avec l’âge peuvent entraîner l’exclusion d’aliments trop piquants ou acides.

  • L’agueusie, la dysgueusie ou l’hypogueusie (déclin ou modification des capacités chimiosensorielles) réorientent les préférences organoleptiques. Leurs causes sont souvent multifactorielles (vieillissement, cancers, diabète, polymédication, hygiène dentaire, mauvais état de l’appareil dentaire, sécheresse buccale, prise de médicaments démence, …).

Personnes âgées et seniors, une population hétérogène

Par ailleurs, il est fréquent de rencontrer une diminution des quantités consommées chez les personnes âgées. Ainsi, selon De Groot et al. (1999 et 2000), 2 à 4 % des hommes vers 70 ans, et 10 à 20 % des femmes à 75 ans ne mangent pas assez. Après 80 ans, ces chiffres s’élèvent à plus de 10 %. Ceci est lié à plusieurs facteurs :

  • Bien sûr, les problèmes bucco-dentaires précédemment évoqués,

  • Perte d’appétit, qui peut avoir différentes causes : l’isolement, la dépression, la démence, la polymédication (effet coupe-faim liée à la consommation d’eau d’accompagnement), la prise de certains médicaments, la perte de la capacité à réguler son appétit (pouvant aussi conduire à de trop grands apports alimentaires, et à l’obésité), certaines maladies comme le cancer,
  • Difficultés à utiliser les mains pour manger, liés à des problèmes articulaires ou à des maladies neurodégénératives.

Cette diminution des quantités consommées peut aussi être liée à des problèmes économiques, ou à des idées reçues. On pense en effet souvent qu’avec l’âge, on a moins besoin de manger. Or, les besoins nutritionnels sont, au contraire, plus importants notamment pour certains nutriments. Par ailleurs, dans certaines maladies neurodégénératives, les dépenses énergétiques sont augmentées (troubles des psycho-comportements occasionnant par exemple une hyperactivité motrice).

Cette diminution des quantités consommées est lourde de conséquences. Elle conduit en effet à des carences en nutriments. Si elle n’est pas prise en charge suffisamment tôt, elle mène à la dénutrition protéino-énergétique et sarcopénique, qui ensuite entraînent tout un ensemble de troubles (chutes, fractures, infections, alitements, …). La dépendance et la fragilité s’installent alors.

Comportements alimentaires

L’analyse des comportements alimentaires des seniors et des personnes âgées permettra de choisir les matrices alimentaires les plus adaptées à leurs habitudes, leurs attentes, leurs goûts. Plusieurs études sont disponibles dans ce domaine pour définir au mieux vos objectifs. En voici quelques unes :

  • L’étude INCA 3, publiée en 2017, permet ainsi d’avoir une vision d’ensemble des habitudes de consommation de la population française. Cependant, seuls les plus jeunes entrent dans l’analyse (l’âge maximal de la population analysée est de 79 ans).

  • En 2015, la Fondation Korian a réalisé une enquête sur les habitudes alimentaires des seniors à domicile. 605 seniors âgés de 75 à 95 ans ont été interrogés sur l’ensemble du territoire français.

  • En 2010, l’INPES a réalisé un baromètre santé axé sur des personnes âgées entre 55 et 85 ans et comprenant un chapitre consacré à leurs habitudes alimentaires.

  • Enfin, le CREDOC a publié en 2005 une enquête relative aux comportements alimentaires des seniors.

Préférences organoleptiques

Concernant les choix des aromatiques, tous les individus n’ont pas les mêmes attentes. Nous sommes tous influencés par notre éducation, nos expériences passées, notre culture. Pour plaire au plus grand nombre, nous pouvons ainsi conseiller d’éviter les goûts trop originaux et segmentants.

Le bénéfice santé d’un aliment n’excuse pas les défauts gustatifs. Comme évoqué dans l’Episode 1, le plaisir gustatif est la 2° qualité recherchée par les seniors dans les aliments qu’ils consomment. Ce paramètre doit d’autant plus être privilégié pour le développement d’aliments destinés aux populations les plus âgées, parfois touchées par la perte d’appétit et des capacités chimiosensorielles réduites. 

Conséquences en matière de développement

En matière de développement, il est nécessaire d’adapter les aliments à différents niveaux pour apporter des solutions adaptées à ces problématiques : 

  • Modifier les textures (mixées, gélifiées, …),
  • Renforcer les densités nutritionnelles (toutes les matrices alimentaires ne le permettent pas),
  • Créer de nouvelles pratiques alimentaires (manger-main, mise en place de parcours de déambulation introduisant des pauses collations),
  • Eviter les aliments trop durs, trop collants, trop secs, trop friables, …


Adapter les conditionnements

Répondre aux besoins nutritionnels des seniors est un axe stratégique à explorer sans hésiter. Cependant, il ne sert à rien d’innover dans ce domaine si l’emballage n’est pas pris en compte.

L’étude Nielsen réalisée en 2013 montre ainsi que 43 % des personnes interrogées ont du mal à trouver des emballages faciles à ouvrir. Avec l’âge, l’arthrose et la perte de force musculaire deviennent handicapants, et entraînent des difficultés variées. Porter un pack de lait, ouvrir le bouchon d’une bouteille d’eau, enlever l’opercule d’une barquette sont parfois de véritables enjeux. Face à ces difficultés, les consommateurs peuvent utiliser des outils non-adaptés qui risquent de les blesser.

Selon cette même étude, 62 % des français ont des difficultés à lire les étiquetages. Des troubles de la vision apparaissent avec l’avancée en âge. Aussi, il est primordial d’adapter la communication et d’améliorer la lisibilité des étiquetages si l’on s’adresse à cette population. Il faudra par exemple utiliser des tailles de caractères plus importantes que le minimum imposé par la réglementation, et avoir des contrastes suffisants.

améliorer la lisibilité des étiquetages quand on s'adresse aux seniors

Reconnaissons qu’il n’est pas nécessaire d’atteindre ces âges pour éprouver ce type de difficultés ! Il est donc de notre responsabilité d’agir pour faciliter la vie des utilisateurs. Avant de valider un nouvel emballage, ou un nouvel étiquetage, il serait judicieux de les tester auprès de consommateurs correspondant à la cible.


Adapter la distribution

L’étude Nielsen réalisée en 2013 montre que les personnes âgées de plus de 65 ans ne sont pas satisfaites des services apportés par les lieux de ventes. Ainsi, 45 % des Européens et 38 % des Français estiment que les magasins sont insuffisamment équipés (rayons spécifiques aux seniors, absence de charriots électriques, ni d’aide pour porter les sacs de courses).

 

L’amélioration des lieux de vente est donc nécessaire. En effet, les réseaux de distribution actuels sont souvent inadaptés. Trop grands, ils ne répondent pas aux contraintes en matière de motricité limitée. Les réseaux de proximité sont ainsi plus adaptés (supérettes, pharmacies).  

Dans ce domaine, nous sommes face à des recommandations contradictoires. Tandis que certains recommandent de mettre en place des lieux exclusivement destinés aux seniors, d’autres recommandent au contraire d’adapter les lieux de vente communs à tous les âges de la population.

Certains géants de la GMS se penchent sur ce sujet. Intermarché aurait ainsi prévu de lancer un nouveau concept de supermarché, résultat d’une co-création impliquant des seniors eux-mêmes. L’ouverture est prévue en octobre 2018 à Flers dans l’Orne.

il est difficile de faire ses courses lors de dépendances

La livraison à domicile existe déjà (portage de plateaux repas) et pourrait être développée.

 

La vente par correspondance via des catalogues papier est également une solution qui séduit les personnes ayant une mobilité réduite, tout comme la vente via internet, qui ne cesse de croître au sein de cette population.

A ce propos, le 17° baromètre du numérique du Credoc, paru en 2017, montre que les seniors sont fortement connectés, et leur niveau d’équipement progresse pour toutes les catégories d’équipements (Voir tableau ci-contre). Par ailleurs, Vitagora a réalisé en 2017 un baromètre qui montre une progression du nombre d’acheteurs en ligne de plus de 50 ans 2 fois plus rapide que pour les autres populations.

Taux d'équipement en matériel informatique chez les seniors


Conclusion

Pour réussir le développement d’aliments destinés aux personnes âgées, il est donc nécessaire de prendre en compte de nombreux paramètres dès l’initiation du projet. 

Par ailleurs, il est difficile de se mettre à la place de cette cible quand on n’est pas soi-même touché par les conséquences et les contraintes liées au vieillissement. 

Pour faciliter la compréhension de ces contraintes, pourquoi ne pas en profiter pour mettre en place un projet de co-création. Celui-ci impliquerait par exemple différentes structures :

  • Clubs de loisirs pour seniors,
  • Clubs des âgés, 
  • Groupements d’EHPAD.

Ce type de démarche permettrait de mieux comprendre leurs attentes et les contraintes qu’ils vivent. Par ailleurs, cela réduirait aussi les risques liés au développement et aux choix réalisés grâce à l’évaluation en live des produits développés (choix des vecteurs, des aromatiques, des conditionnements, des étiquetages, …). Enfin, cela aurait des répercussions en matière d’image et de notoriété grâce au développement d’une communication adaptée.

L’Episode 3 arrive bientôt. Vous pourrez y trouver des exemples de produits développés pour la cible des seniors.

Vous souhaitez des détails sur les sources de cet article ?

Dans le cadre d’un projet, vous avez besoin d’approfondir ce sujet ?

Vous voulez développer une gamme destinée aux seniors ? 

 

Contactez-moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.