Autorisation du fruit du miracle (Synsepalum dulcificum) en alimentation humaine

Autorisation du fruit du miracle (Synsepalum dulcificum) en alimentation humaine

Le 11 juin dernier, l’EFSA publiait un avis positif sur la sécurité de l’emploi du fruit du miracle (Synsepalum dulcificum) en alimentation humaine. Nous attendions la publication du règlement d’exécution autorisant la commercialisation de ce novel food en Europe. C’est chose faite depuis le 15 novembre dernier.

Mais qu’est-ce que le fruit du miracle ?

Le fruit du miracle, encore appelé baie du miracle, est issu d’un arbuste dont le nom botanique est Synsepalum dulcificum. Il appartient à la famille des Sapotacées. Originaire d’Afrique de l’Ouest, il pousse dans les forêts tropicales. Dans les pays tempérés, il est difficilement cultivable car il ne résiste pas à des températures inférieures à 0°C.

 

Le fruit du miracle contient une glycoprotéine, la miraculine, qui possède la particularité d’atténuer les goûts amers ou acides des aliments en laissant une impression de sucré en bouche.

La miraculine contient 220 acides aminées. Son poids moléculaire est de 24,6 kDa. Elle est composée jusqu’à 13,9 % (3,4 kDa) de sucres, eux-mêmes composés :

  • glucosamine (31%),
  • mannose (30%),
  • fucose (22%),
  • xylose (10%),
  • galactose (7 %).

La miraculine posséderait la particularité de pouvoir se fixer aux récepteurs humains du goût sucré (récepteur hTAS1R2), ce qui conduirait à leur activation.

 

Le fruit du miracle (Synsepalum dulcificum) présente un historique de consommation relativement bien documenté depuis le 18° siècle. Il était alors principalement consommé avant de manger certains plats pour en modifier le goût jugé trop acide ou amer.

Quid de la demande d’autorisation en statut novel food ?

La demande d’autorisation a été faite par la société espagnole Medicinal Gardens S.L. (Baïa Food Co.) en novembre 2018.

Elle portait sur le fruit du miracle (pupe et peau) dénoyauté et déshydraté.

La demande précisait également les usages suivants :

  • population cible adulte (à l’exception des femmes enceintes et allaitantes),
  • compléments alimentaires de formes variées telles que les gélules, les poudres, les comprimés orodispersibles, les liquides, les gels, les chewing-gums, …
  • dose journalière limitée à 0,9 g.

 

Le produit proposé par Medicinal Gardens S.L. peut contenir jusqu’à :

  • 86,3 % de glucides,
  • 6 % de protéines,
  • 3,2 % de lipides.

Il contient également la miraculine à des teneurs comprises entre 1,7 et 2,1 %.

 

 

L’EFSA avait considéré, dans son avis publié en juin dernier, que le novel food était suffisamment caractérisé du point de vue de sa composition. Par ailleurs, il est relativement stable pendant sa durée de conservation (24 mois) sous des conditions normales de conservation (température de 20 °C +/- 2 °C), tant du point de vue de sa composition que du point de vue sensorielle.

Les propriétés de la miraculine contenue dans le novel food ont également été testées à la suite de différents traitements thermiques (température comprises entre – 90 et + 60 °C) et sous différents pH. Il a alors été constaté une perte de la puissance de la molécule pour des traitements thermiques réalisés à température élevée. Néanmoins, celle-ci est relativement stable dans une gamme de pH comprise entre 2 et 10.

 

Au regard de la demande et des études fournies, l’EFSA a considéré que le fruit du miracle (Synsepalum dulcificum) ne présentait pas de risque s’il est employé dans des compléments alimentaires à une dose limitée à 0,7 g / j et pour la population adulte générale, à l’exclusion des femmes enceintes et allaitantes.

Sous quelles conditions le fruit du miracle a-t-il été autorisé ?

Le règlement d’exécution (UE) n° 2021/1974 a été publié le 15 novembre dernier. Il autorise donc le fruit du miracle (Synsepalum dulcificum) séché, et suit les conclusions de l’avis de l’EFSA.

En effet, l’annexe du règlement d’exécution précise  les conditions d’utilisation suivantes pour le novel food :

  • Son emploi est possible uniquement dans les compléments alimentaires destinés à la population adulte, à l’exclusion des femmes enceintes et allaitantes,
  • Sa dose ne doit pas dépasser 0 ,7 g / j,
  • L’étiquetage des produits en contenant doivent préciser :
    • La dénomination « fruits séchés de Synsepalum dulcificum»,
    • Une mention précisant que le produit est destiné aux adultes à l’exclusion des femmes enceintes et allaitantes.

 

La société Medicinal Gardens S.L. bénéficiera d’une exclusivité de 5 ans, car la demande d’autorisation du novel food a été fait dans le cadre d’une procédure de propriété exclusive (voir notre article à propos des procédures de demandes d’autorisation de novel food). D’autres sociétés pourront néanmoins faire de nouvelles demandes d’autorisation auprès de la Commission Européenne, dans la mesure où les argumentaires présentés par celles-ci ne fassent pas référence aux données utilisées par Medicinal Gardens S.L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.